Nous voici à savoir d'où vient ce Cédov , voilier considéré comme le plus grand du monde. Il est vrai que d'autres furent de plus importants gabarits. Seulement vivons le présent et saluons sa venue aux Tonnerres de Brest 2012. Ci-dessous le texte concocté par Mathilde. Du bon avec archives à l'appui.

Petit historique du voilier russe Sédov.

De 1921 à 1946

Le quatre mâts barque Sédov, navire-école de l'Université Technique de Mourmansk. Long de 117,5m, 31 voiles représentant 4192m² de surface, l'armateur allemand Vinnen le fait construire en 1921 au chantier naval de Kiel dans un but commercial. Il lui donne alors le nom de Magdalena Vinnen II, entendu que la n°1 c'est sa fille...

En 1936, un autre armateur devient propriétaire et, sous le nom de Kommodore Johnsen, il débute sa carrière de navire-école pour la Marine Marchande allemande.

Sur les eaux de la Baltique pendant la Seconde Guerre Mondiale où il sert l'armée de mer allemande, il est ensuite cédé à l'URSS en même temps que deux autres voiliers (4 mâts barque Krouzenshtern et 3 mâts barque Tovarish) à titre de dommage.

Georgij Sédov - explorateur russe du début du XXème siècle, a atteint le Pôle Nord entre 1912 et 1914 lors de l'expédition en Arctique du Saint Martyr Foka. Il transmit de très nombreuses recherches et observations bien que la maladie l'emportait à bord. Sa dépouille repose sur l'île Rudolph, la plus au Nord de l'archipel Franz Josef Land.

En hommage à la mémoire de cet homme, dès le mois de janvier 1946, lorsque l'on hisse le drapeau soviétique pour la première fois à bord, ce magnifique bateau est, en français, Sédov. En «translit», c'est-à-dire une transcription du nom russe СЕДОВ, internationnalement, en caractères latins, il est Sedov.


Le Sédov soviétique reprend la mer en 1952. Sédov participe aux études hydrographiques de l'Océan Atlantique dès 1957. Sédov pêche (1966). Et Sédov doit se refaire une jeunesse pour pouvoir continuer à naviguer... Nous avons recueilli plus loin le témoignage de quelqu'un ayant participé dès lors à la vie de Sédov... Au chantier naval de Kronstadt, de 1975 à 1981, Sédov est réparé de fond en soute en cale en pont en mâts en voiles en tout. Il doit devenir une des plus grandes fiertés de la flotte soviétique car plus qu'un cargo, qu'un navire océanographique, Sédov éduque les futurs capitaines, navigateurs, mécaniciens et radios de l'URSS.


Depuis 1991, l'extraordinaire bateau russe dépend de l' Université Technique de Mourmansk et de l'Agence Fédérale de la pêche. Ce 20 mai 2012, Sédov, 91 ans depuis ce mois de février, a embarqué, depuis Saint-Pétersbourg, pour son premier tour du monde. Concernant le port de commerce, à Brest en Finistère, nous avons, lors de ces Tonnerres 2012, accueillis Sédov pour la troisième fois. C'est un grand honneur concédé à la France, Brest fait partie des ports où Sédov fait escale lors de cette historique traversée! Le Brest dont nous vous présentons ci-dessous la signalétique soviétique fut la première gare jamais construite de l'URSS, d'où il est possible de rallier Vladivostok sans changer de wagon. Là-bas (dans l'actuel Bélarus), entre la cité brestoise d'après guerre et les traces du paléolithique – site de la forteresse médiévale de Brest Litovsk, il existe une route de plus de deux kilomètres, sur les bords de laquelle se tient un des plus grand musée du Train soviétique. Tellement notre histoire d'amitié entre les peuples se lit dans toute l'Europe géographique, nous pouvons lire sur le paysage biélorusse comme les voies nous relient. Via est vita, ДО БРЕСТА , pour écrire «jusqu'à Brest», le chemin c'est la vie !


Les 17 et 18 juillet, des citoyens honorifiques du Port D, une poétesse briochine et notre maire Yffic Dornic (responsable de l'ici présente presse), sont dépêchés sous la bienveillance de Goulia Sagitova (directrice du village russe pour Tonnerres de Brest 2012), en mission de reportage... L'accueil chaleureux que les marins russes nous ont accordé, transpirera, nous l'espérons dans les pages de ce blog. Puis notre maire tient la caméra lorsque nous rencontrons Nikolaï Kozlov, Sous-Officier de la mature et magasinier. Ce matin du 18 juillet, nous nous accordons avec cet homme de mer pour découvrir un peu qui il est sous la forme d'une interview, la première réalisée. Né en Bélarus, résident russe – il est engagé à bord avec sa femme, qui nous glissait plus tard dans la journée, avoir été prise par la mer, embauchée au service du navire, sans vouloir nous expliquer comment l'on fait les lits à bord du quatre mâts barque...


Un tour de chauffe, où le Maire constate que l'une de ses honorées concitoyennes dont la langue maternelle est le français, se fait vraiment comprendre en russe... Bien que parfois, sur la durée de cette intense journée, l'interprétation simultanée que je réalise n'est pas aussi spontanée que dans d'autres circonstances – pas toujours évident de bien suivre et bien traduire... En tous les cas, Yffic Maire tient la barre, et sur le pont, les débuts de son interprète Motia sont là. De là, notre ballade sur le pont, notre attente du rdv avec les officiers, alors le maire photographie...


Ensuite, Vladimir Romanovitch nous a fait l'honneur de partager un moment; c'est le bosco et le doyen du bateau. Rencontré la veille, lors de la première expédition d'éclaireurs-reporteurs, il savait qu'en Port De, vit le Maire de suffrage populaire, Yffic, et ce jour, il attend ce beau rendez-vous... Il nous fait entrer dans le bâtiment, nous conduit jusqu'à sa cabine afin de nous permettre de vous livrer succinctement sa mémoire. Bien entendu, 41 ans à bord, travaillant déjà à la reconstruction du bateau à Kronstadt, il connaît le navire comme sa poche! Petite erreur à 3 minutes 3 secondes du film, Romanovitch: «Ceux qui étaient de Kronstadt restaient, nous, nous rentrions à Léningrad en Météor.» Les météores sont des bateaux très rapides assurant la liaison transe-Golfe de Finlande - ou la flaque de la Marquise comme on appelle affectueusement cette étendue d'eau estivale, de glace hivernale entre l'île de Kotline et Saint-Pétersbourg. Ces transporteurs express se soulèvent de l'eau en utilisant une chambre à air sous la coque. (Météor n'a donc rien à voir avec une cale...).

Alexandre Konstantinovitch Mikhaïlov, maître-barreur du Sédov

1941-2011

Disparu à l'automne 2011, a passé quarante ans à bord, Barreur en chef «bien connu en l'Allemagne, dans toute l'Europe et un petit bout de l'Asie» selon ses propres mots, rapportés par la bouche de son partenaire de la cabine 125.

Dans la publication bilingue (russe/anglais) relative à ce premier tour du monde 2012-2013, l'on parle de Konstantinovitch comme d'une véritable légende qui fut le mentor de milliers de cadets. Les capitaines successifs lui confiaient toujours la manoeuvre des passages les plus difficiles.

Nous supposons que ce fut peut-être lui qui passait le Fromveur, lors de la dernière escale du Sédov à Port de, en 2000. Il aurait toujours rêvé de faire le Tour du Monde à bord et tant que le quatre mâts barque naviguera, sa mémoire sera portée sur toutes les mers. Pour tous les marins du monde et la mémoire du Port de Brest, nous nous rappellerons en français le nom de Konstantinovitch Mikhaïlov, marin russe, maître-barreur du Sedov.

Rappel:

Sur un article en date du 8 décembre 2011: "il y a soixante-dix ans qu'il est né à Leningrad". une vie en lien avec le siège de la ville par les nazis, il a été envoyé, sans nom ni prénom à l'autre fin du pays, où il sera adopté et nommé. Ses funérailles à Saint-Pétersbourg ont eu lieu sur la Place du Palais (Dvortsoviy Ploshiad - là où entre autres se trouve l'Ermitage) le 2 décembre 2011, que c'était noir de monde et de cadets qui d'un seul cri, sans direction aucune, comme un seul coeur: "Konstantinovitch nous sommes avec toi"!

Ses parents d'adoption se sont occupé de lui jusque vers ses 12 ans, puis lui ont dit: "vas-y maintenant, tout seul, par toi-même". Il voyage donc vers l'Ouest. On le retrouve en Karélie, en école de fabrique industrielle, puis plus près de la mer, à Bielomorsk (tjs Karélie) où il travaille sur un chantier. Là, on lui refuse une entrée sur bateau car il est encore trop jeune... C'est en 1957 qu'il fait sa première sortie... sa vraie vie de marin commence, et c'est déjà à bord du Sedov..


. A notre demande, Vladimir Romanovitch nous photographie dans sa cabine et nous raccompagne. Nous nous quittons devant la boutique. Kénavo.


Sur le pont, nous faisons appeler l'Officier Valéry Vassilevskiy, Responsable des Relations Publiques et de la Communication. Nous avions ce jour rendez-Vous avec lui pour notre reportage... De formation, Valery est journaliste, photographe, voyageur et businessman dans la publication. La veille, en compagnie de Lou Raoul, nous avons vu, entendu, constaté, ressenti, l'âme de poète du personnage. Un très bon contact, nous laissant toute licence à bord afin de publier sur ce blog, un article conséquent, que nous voulons un hommage à la flotte russe, aux marins, à ce plus grand voilier du monde... L'interview est réalisée le 18 juillet au soir, alors que notre Maire est sollicité ailleurs... L'activité du navire à quai, lorsque demain les amarres sont larguées fait que, rapidement, nous n'avons récolté que de l'audio, ainsi qu'en cadeau, la publication d'où nous tirons, pour la présente, informations, images d'archives et photographies de l'auteur Valery.

De Valery Vassilevskiy,

Responsable des Relations Publiques et de la Communication...

«Je suis responsable de l'information qui sort du bord de notre navire sur tous les supports électroniques, édités, télévisuels. C'est une importante mission. Parallèlement, je collecte durant toute cette traversé pour un livre que je veux éditer avec des photographies. Voilà.» Il dit que sa vie c'est la mer, sur la mer, dans la mer, de la mer:Maintenant mon devoir c'est de vivre sur la mer. J'aime beaucoup la mer, j'aime beaucoup les voiles. C'est pourquoi je suis maintenant ici, pour quatorze moi sur toute cette navigation. Je suis coupé de tout, de mon travail, de mes amis, de ma famille pour aller tout autour de notre Terre. Je suis Nouvel Homme». Son meilleur souvenir serait un coquillage, il mime une coque énorme de la taille de son mouvement de bras. Nous l'écoutons 22 secondes, audio file Valery ci-dessous, traduction de Motia.

A... IVKIN Sergueï Victorovitch qui nous attend...

Finalement, Jeanne, la plus petite citoyenne du Port De et sa maman, envoyées spéciales à bord du plus grand voilier du monde, y ont rencontré et interviewé encore un passionnant voyageur: IVKIN Sergueï Victorovitch. Il travaille sur le Sédov depuis 1993, et ne semble jamais être venu en France sur ce navire. C'est de sa bouche que nous saurons à quelle heure Sédov larguera les amarres le 19 juillet au matin...


Sergueï Victorovitch Ivkin: Il est entré dans la Marine, service militaire, en 1977... il a fait ses classes entre Kaliningrad et Leningrad, où il a terminé ses études de sous-marinier en 1982. Mais il n'a jamais été sous-marinier, il a toujours été Sauveteur! «Au lieu de plonger j'ai commencé à sauver!». Il a été Sauveteur en mer jusqu'en 1991. Ensuite, l'Union Soviétique a commencé de se dégrader, les années 90 étaient une période effrayante. Il dit qu'il est allé à l'Université de Kaliningrad (Ecole Supérieure de Sortie en Mer nommée Léninckie Komcomol). Il est parti là-bas. D'ailleurs ce n'était pas à Kaliningrad (l'enclave prussienne, région fédérale de la Russie d'aujourd'hui, au nord de la Pologne, frontalier à l'Est avec la Lituanie, cf CARTE), mais à Mourmansk, au Nord de la République Fédérale de Karélie.Pour plus de détails concernant la géographie administrative de la Fédération de Russie contemporaine, nous vous conseillons de vous reporter à l'article:Subdivision de la Russie de Wikipédia en français.

Pour la suite rendez-vous sur: Le Cedob (Sédov) vu et visité par motja - мотя et Yffic Dornic, le blogueur. Page 2

Merci aux contributeurs: Sedov around the world, wikipédia cc, Mysid cc, Motja (Mathilde), Archives Russia, Vladimir Romanovitch, Valéry Vassilevskiy, Anna Larvor/Bychkova, Jean-Pierre LANGER. Les audios sont de Mathilde ainsi que les textes visionnés avec Yffic Dornic. Les vidéos et en-tête sont de Yffic Dornic. Un grand salut à Yffic Cloarec qui fait la mise en page sur le blog www.portde.info. Portde le 14 août 2012.

Avertissement: Dans les dossiers traitant de la Russie nous désirons ne pas permettre l'utilisation de certains documents non libres de droits: Textes, photos, vidéos, interviews. Nous vous apportons des éclairages sur la culture maritime de ce grand pays et ceci dans l'objectivité habituelle du blog portde.info, mais aussi dans le respect de la parole donnée. Nous contacter pour ceux pouvant vous intéresser. Merci d'avance.