Lucas Richard, le mousse précoce

Avoir cinq ans et rêver d'être le futur commandant de l'Abeille Bourbon... Voilà la volonté de Lucas Richard. Ses parents ont accepté que nous racontions le véritable conte de fée secrété par leur jeune fils. L'apparition du remorqueur de haute mer lors d'une balade aux Blancs-Sablons, la grande plage du Conquet (29), a déclenché une admiration sans faille chez Lucas. Disons même un désir fou qu'il soit son bateau. Pas un article, pas une vidéo, pas un dessin, pas un poster ne lui échappe. Il s'endort avec des photos posées sur l'oreiller!! A l'école il en parle, en parle tout comme à la maison. Le voici à bord guidé par Charles Claden, commandant du navire mythique.

Retour de Lucas sur la terre ferme (Par sa maman)

Lucas a découvert l’Abeille Bourbon sur la plage des Blancs Sablons au Conquet. Il a été tout de suite émerveillé par ce géant des mers et nous a dit un jour j'irai dessus!

Les premières impressions qu'il a eu, ce dimanche 26 février 2012, sont: Charles Claden est très gentil et il m'attendait. Je pense qu'il ne croyait pas à avoir un tel accueil. Il a aimé les tableaux que Carlos lui a montré sur l'Abeille Bourbon, ainsi que la vidéo du remorqueur. Il m'a également dit qu'il voulait être commandant, comme Carlos, quand il serait grand, mais qu'il ne voulait pas être dans la mécanique car ça fait beaucoup de bruit et en plus il fait trop chaud (il sait ce qu'il veut ce p'tit bonhomme)

Il a adoré la salle de commande (la passerelle) où il a eu le droit d'appuyer sur un bouton pour faire sursauter sa maman qui était sur le quai... C'est moi maman qui aie klaxonné qu'il m'a rapporté. Il a adoré aller sur le pont du bateau. J'ai l'impression, depuis cette rencontre, que Charles Claden fait parti de la famille tellement il m'en parle !!! D'ailleurs il m'a dit Carlos mange des frites ce midi et je serais bien resté manger avec lui . Quand on voit les photos prises avec Carlos on sent une complicité ! Il est en admiration devant lui et pour Lucas Carlos n'a jamais peur lors des interventions (c'est impossible pour lui). Il en parle à l'école toute la journée depuis ce dimanche et il a envoyé les photos pour montrer aux copains de classe !!! Qui disaient, à Lucas, ouahhh tu as de la chance. Je pense que Carlos a maintenant un fan club dans la classe à Lucas.

Il était tout fier de montrer la photo avec CHARLES CLADEN et son poster, disant qu'il est le mousse de l'Abeille Bourbon. Il prend son rôle très au sérieux et il m'a confié cette certitude: Maintenant Carlos m'appellera quand il y aura une mission?. Alors là je lui ai dit qu' il fallait grandir encore un peu (mais c'est tellement beau de voir sa petite bouille toute émerveillée par ce qu'il a vécu). Le papa de Lucas a trouvé l’accueil de Carlos incroyable ,et a savouré ce merveilleux moment !!! Quand à son frère Raphaël il était un peu jaloux mais on préférait que Lucas soit seul car c'est bien de faire des choses pareilles sans son grand frère. Raphaël a des moments seul avec nous aussi et il adore !! Donc c'est pareil pour son frère!!! Je préférais qu'il aille avec son père car étant plus souvent avec eux. Je voulais laisser ce merveilleux moment à son papa (une affaire d'hommes).

J'avais commencé ce petit texte, que je vous donne, par... Un beau dimanche du mois de février mon rêve le plus cher s'est réalisé. Sur le pont de l'Abeille Bourbon m'attendait le commandant Charles Claden, du haut demes 5 ans je mettais les pieds sur un géant des mers... Je vous ai déjà dit merci mais je me répète encore: MERCI BEAUCOUP à vous deux.

Caroline Richard. Ce 29 février 2012.


Martha Le Bars aspire à un nouveau regard sur l'autre

Ce 29 février 2012, place de la Liberté, la compagnie Kumulus déballe son spectacle Silence Encombrant dans le contexte du festival DañsFabrik. Il fait beau, il fait chaud. Un éclat de soleil venant d'un pan de mur situé plus haut attire mon regard. Il y voit des silhouettes collées et munies de miroirs cachant, masquant les visages. Une jeune fille est seule avec des amis. Quelques badauds s'arrêtent, discutent. Quelque chose me dit d'aller la voir, d'aller l'interviewer. Déposant le bric-à-brac qui se déverse sur les pavés par le fait des Kumulus je vais et ne suis pas déçu. Ecoutez plutôt la supplique de Martha. C'est dérangeant, mais si vrai.


Didier Le Gerroué, le poète, ou la recherche d'un monde plus humain

Pourquoi écrire, en et pour ce temps, si ce n'est avec la volonté d'y insuffler l'espoir et le combat malgré des réalités plus qu'amères. Premiers mots, premiers dire qui bousculent. Ils sont de lui. Le soir venant son ombre va jusqu'à une terrasse du portde. Il se désaltère, discute quelque peu, présente des livres... les siens. Une guitare l'accompagne parfois et les notes qui s'égrainent s'enrobent d'un chant rageur conviant à l'amour, à l'écoute de l'autre. Cela fait drôle de passer de Martha à Didier. Ils ne se connaissent pas...Je suis le privilégié qui a droit de soulever un pan en leur pensée. Pensée d'un avenir plus proche du coeur que du bien matériel représenté par la jouissance financière ou autre illusion. Les titres sont: Avancer malgré tout; poésie, En dépit de nos jours colères; poésie, En toutes consciences (Une voix du peuple); essai.

Texte pour avancer malgré tout...

Pourquoi écrire, en et pour ce temps, si ce n'est avec la volonté d'y insuffler l'espoir et le combat malgré des réalités plus qu'amères. Lucides face aux choix à faire dès aujourd'hui afin de dire la foi en une autre condition à laquelle s'atteler pour mettre en œuvre un changement; lucides d'un autrement, sans illusions sur l'ampleur de la tâche ni sur les faiblesses de l'humain, mais conscients aussi de ses aspirations vers un monde plus juste et de ses combats au présent et à venir sans lesquels vivre deviendra ivre, exsangue de liberté et de fraternité. Écrire c'est donner pour aujourd'hui les mots de l'engagement, la poésie pour ferment du sensible et de l'amour, accorder les idées et la défense d'une vie plurielle où l'entente serait l'essentiel pour bâtir ensemble, respecter l'arche commune d'une terre aujourd'hui striée par plus que l'amertume et une compétition et des confrontations qui, pourtant, ne résument la volonté de beaucoup d'entreprendre différemment malgré les gangues apposées sur le présent, les revers, les travers, les inconnues. La vérité est là à nu, sachons lui répondre avec la probité et la conscience peut-être impatientes mais avant tout confiantes, et si les erreurs accumulées nous dévisagent, c'est un meilleur qui nous hante; apprenons ensemble à l'instruire plutôt qu'à détruire, qu'à construire. Y a-t-il un chemin plus gratifiant que de lutter pour établir la paix en l'âme, l'amour, l'harmonie qui sont toujours des sésames malgré ces jours qui les blâment? La parole du respect et ses actes réunis n'ont pas encore de fini pour inverser nos désirs. Tout reste possible quand le solidaire et la justice sont amis. Écrire une histoire à besoin de tous les cœurs pour accéder à cette faveur. Assembler pour apaiser le poids de l'horreur, du malheur; ils ont encore tant d'échos. Avons-nous autre possible que de circonscrire leurs sinistres douleurs, nous éclairer à un feu, désignant un jour dont tant d'êtres, dans nos nuits, espèrent l'avènement en demeurant attentifs, en rêvant d'un autrement ou en jalonnant un chemin plus sûr? L'important aujourd'hui étant d'avancer vers lui, malgré tout.

Didier Le Gerroué, en ce 12 mars 2012


Daniel Sanquer, tailleur de pierres en sa carrière de Rhun Vras à l'Hôpital Camfrout

La profession de Dany Sanquer tend à disparaître suite à la fermeture inéluctable des carrières. Il nous en explique les raisons ci-dessous. Celle appartenant à la famille Derrien fut vendue aux Sanquer en 1974. Située à Rhun Vras, sur l’Hôpital-Camfrout, elle resta exploitable jusqu'en 2004, date à laquelle Dany Sanquer arrêta l'activité professionnelle du site. Cependant les lieux ne sont pas sans vie. Comme de nombreux blocs de la Kersanton parsèment le sol des artistes y viennent régulièrement sculpter. Mais le propriétaire se veut défendeur de patrimoine en ouvrant les barrières quelques jours dans l'année et offrant, ainsi, une opportunité à chacun de ciseler la pierre. Il est président de l'association Kersanton Penn ar Bed qui a été créée en mai 2000 à l’Hôpital-Camfrout. Le port de commerce le voit souvent car peut-être est-il nostalgique du temps où des gabares faisaient la navette entre carrière et Brest. Laissons Dany nous causer de tout ceci.

La kersantite ou pierre de Kersanton

C'est une roche magmatique filonienne, de composition proche du granite, et présentant un intérêt certain pour la sculpture, car elle allie la facilité à être taillée et ciselée à la résistance au temps et aux intempéries.

La kersantite tire son nom du hameau de Kersanton (commune de Loperhe) situé à proximité de la rade de Brest, à environ 15km au sud-est de la ville du Ponant. La carrière du Rhun Vras, à l'Hôpital-Camfrout exploite aussi cette roche. On en trouve aussi des gisements à Penallen en Plougastel-Daoulas, à Penavoas au Faou, à Kerascoët et Tréoc en L'Hôpital-Camfrout, à Kersanton en Loperhet, à Moulin-Mer et Le Roz en Logonna-Daoulas, etc..., tous ces gisements étant proches de la rade de Brest. D'autres gisements se trouvent un peu plus en Bretagne intérieure comme au Moulin du Crann en Lennon, à Guervénec en Rumengol, à Resthervé en Poullaouen, à Saint-Roch en Carhaix ou aux alentours du Tréhou

C'est, en première analyse, presque la seule pierre (un autre exemple, moins connu existe toutefois, la sizunite dont le nom provient du Cap Sizun et qui est une roche proche de la kersantite) dont le nom officiel soit directement issu d'un toponyme de Bretagne. Roche unique au monde, elle fait partie intégrante du patrimoine géologique mondial. Son nom s'écrivait aussi kerzanton par le passé, et encore au début du Xxesiècle. Source wikipédia.

Dany Sanquer est propriétaire d'une carrière en Rhun Vraz.

Comme Daniel vous l'explique, dans les vidéos, il a cessé toute exploitation sur le site. Il est, à présent, dans le culturel par le biais de l'association Kersanton Penn ar Bed qui a été créée en mai 2000 et dont le siège est la mairie de l'Hôpital Camfrout (29460). Elle a pour mission la valorisation de la Kersantite, spécifique au Nord-Finistère

C'est à travers le suivi d'actions culturelles, scientifiques, pédagogiques, artistiques et touristiques que l'association espère sauvegarder les dernières carrières de Kersanton, pierre de première classe au même titre que les meilleurs marbres et granites.

Les animations se déroulent principalement à la carrière du Rhun Vraz (la grande colline). Tout au long de l'année, des visites sont organisées pour les groupes, scolaires ou autres. Le principal temps fort de l'année reste "L’Eté de la Pierre", manifestation organisée depuis de nombreuses années, autour du 15 août. A cette occasion le site revit l'espace de trois jours, du trou d'extraction, au chantier de taille avec le cliquetis des outils, jusqu'aux quais d'embarquement qui bordent le Camfrout. de nombreux ateliers sont proposés aux personnes désireuses de mieux découvrir cette pierre (initiation, perfectionnement, atelier forge). Lors des journées du Patrimoine, il est également possible de visiter le site. Source de leur site: www.kersanton.blog4ever.com. Sa lecture est de qualité de par un contenu près professionnel.

Notre désir de présenter Daniel Sanquer vient de sa fréquente venue sur le port de commerce qui recevait bien des tonnes de la kersanton par gabares interposées. Mais il y a, surtout, le respect dont il fait preuve envers cette pierre qui est, selon lui, la... Hum, laissons à Dany la primeur de vous le dire.


Le hachoir étai a pris une retraite bien méritée

La découverte de ce hachoir, lors de travaux sur l'immeuble du 8 quai de la Douane, laisse pantois. Personne ne soupçonnait sa présence, pourtant essentiel... Il a soutenu deux madriers de la toiture déficiente. Du fait de la guerre, du fait de l'explosion de l'Océan Liberty, du fait des deux événements réunis? N'empêche qu'il a résisté au temps (60... 70 ans?) imperturbable en plus d'être discret dans son rôle d"étai, Imaginez la tête des ouvriers du bâtiment, des propriétaires et , bien-sûr de Claude Perennes le fils du boucher. Il jouait, enfant, sous les combes et n'a jamais rien décelé d"étrange. Qui de son père ou de sa mère a pris cette décision majeure et disons vitale? Nul ne le saura jamais. Claude et Kévin offre leur ressenti... avec humour.


Merci à tous les acteurs de cette page; merci à la famille de Lucas pour le versement de photos, merci à SCI-International Archives, merci à Sir John Gardner Wilkinson, source wikipédia, merci aux archives du Domaine public, merci aux archives de l'association Kersanton Penn ar Bed, merci à Daniel Sanquer, merci à Daniel Larvor, merci à Claude Perennes, merci à Kévin Rannou. Salut et merci à notre webmaster Yffic Cloarec. Le 22 mars 2012 au port de commerce de Brest.

Portfolio